Approche-Programme

Approche programme

 

 

 

L'Approche-Programme mise en oeuvre

Comment faire pour construire ou reconstruire un programme de formation selon les principes de l'approche-programme (aussi appelée "approche par compétences").

Conception systématique, raisonnée, collégiale et accompagnée d’un programme de formation dans l’enseignement supérieur selon l'approche-programme ("approche par compétences")

FA2L défend le principe qu’un programme de formation doit respecter un concept structurant très puissant : l'alignement indispensable des objectifs d'apprentissage à atteindre, des moyens d'évaluation et des activités d'apprentissage. En d'autres mots: il faut que les activités d'apprentissage (cours, TD, TP, problèmes, projets, etc.) permettent effectivement d'atteindre les objectifs fixés et que l'évaluation des acquis permette d’évaluer dans quelle mesure ces objectifs sont atteints.
L’alignement est certes une condition nécessaire pour tout programme de formation, mais il ne garantit cependant pas automatiquement la cohérence complète d’un programme. En effet, le découpage d’un programme en unités d’enseignement (UE) doit assurer, entre autres, une progression graduelle vers les objectifs d’apprentissage du programme, une répartition équilibrée des efforts entre les semestres et au sein de chaque semestre, un niveau correct de redondance entre les UE (ni trop, ni trop peu), une variété suffisante de types d’activités d’apprentissage, une prise en charge d’objectifs transversaux tels que la capacité à communiquer, à travailler de manière autonome, à faire preuve de créativité, etc.


Cette cohérence d’un programme se construit à travers une réflexion approfondie concernant notamment : le profil de sortie des étudiants (quels types de diplômés voulons-nous former ?), la coopération entre les intervenants de la formation (quel est notre projet commun ? Que voulons-nous ?), l’interaction entre les différentes activités et l’intégration de certaines d’entre elles (y a-t-il des convergences, des redondances ? Quelles activités intégrer et comment ?), la progression graduelle (permet-elle à l’étudiant de développer les compétences visées par la formation et de se construire une identité personnelle et professionnelle durable ?), la complétude (le programme dans son ensemble permet-il effectivement à tout étudiant de développer l’ensemble des compétences visées ?). Une telle réflexion doit nécessairement faire intervenir des représentants de toutes les parties prenantes du programme, elle nécessite donc une approche collaborative.

Enfin, nous visons des programmes de formation non seulement efficaces (qui mènent le plus grand nombre d'étudiants à atteindre les objectifs visés), mais également efficients (qui utilisent les ressources - en particulier le temps de travail des étudiants et celui des enseignants - de manière parcimonieuse.

Public visé

L’ensemble des personnes concernées par un programme, une filière,...

  • du/de la responsable du programme concerné
  • des responsables de domaines (disciplines) constituant le programme
  • d’enseignants (titulaires des modules, cours et autres activités du programme)
  • directeur des études
  • membres du service d’ingénierie pédagogique de l’établissement

qui, toutes et tous éprouvent le besoin de modifier/refondre/repenser en profondeur le programme dans lequel ils interviennent à des titres divers.
Il serait intéressant d’associer également des étudiants, des employeurs ou enseignants d’un autre programme, d’une autre filière

Buts

Construire ou reconstruire un programme, c’est-à-dire un agencement d’UE formant un tout cohérent. Le programme peut mener à un diplôme ou non (filière) ; il peut se dérouler sur une ou plusieurs années.

Chaque établissement et chaque situation ayant ses caractéristiques propres, FA2L commence toujours par cerner les besoins et la demande afin de proposer une formule qui combine phases de formation et phases de développement autonome accompagné la plus appropriée.

Objectifs poursuivis

A l'issue de la formation et de l’accompagnement qui s’y rattache, les participants se seront constitués en véritable équipe de travail capable de mener le processus de conception ou de révision du programme concerné à son terme.
L’équipe sera capable de décrire et de mettre en œuvre la démarche de conception d’un programme et aura

  • défini collégialement les raisons pour lesquelles se lancer dans cette démarche de (re)construction du programme concerné afin d’assurer appropriation et implication de tous tout au long du processus,
  • identifié les intentions du programme concerné (valeurs, spécificités du programme dans le but de le positionner par rapport à d’autres programmes du même type),
  • défini le profil de sortie des diplômés  en termes d’acquis d'apprentissage terminaux  du programme (AATP), en y incluant les compétences transversales,
  • formulé les acquis d’apprentissage spécifiques (AAV) de chaque domaine/discipline, de chaque semestre/année, de chaque UE (module),
  • vérifié que l’ensemble des AAV de chaque domaine mène bien aux AATP du domaine,
  • construit un agencement d’UE/modules de manière à assurer la couverture des AAV et une progression graduelle vers les AATP,
  • vérifié la cohérence de l'enchaînement des UE/modules,
  • construit des situations pour évaluer l’atteinte des AATP  du programme concerné,
  • assuré l’alignement Acquis d’apprentissage – Évaluations – Activités,
  • identifié des modes de fonctionnement qui assurent une gestion collégiale du programme concerné.

Méthode suivie et activités proposées

Le processus de (re-)construction d'un programme de formation se compose de plusieurs phases, qui comportent elles-mêmes plusieurs étapes.

La première phase (niveau macro) mène à construire, à partir des objectifs de formation du programme, une maquette de celui-ci sous la forme d'une liste d'unités d'enseignement (UE) pour chaque semestre; chaque UE est définie par les acquis d'apprentissage auxquels elle mène et par ses prérequis. Cette phase comporte des étapes de formation, du travail autonome et un certain nombre d'activités d'accompagnement par FA2L.

La deuxième phase (niveau micro) mène à construire l'ensemble des activités d'apprentissage de chacune des UE d'un premier semestre, qui servira de modèle pour les autres semestres du programme. Cette phase comporte des étapes de formation, du travail autonome et un certain nombre d'activités d'accompagnement par FA2L.

Les phases suivantes mènent à construire l'ensemble des activités d'apprentissage des UE des autres semestres. Ces phases s'appuient, lorsque c'est nécessaire, sur un accompagnement par FA2L.

Les étapes de formation se déroulent selon une alternance de présentations, de discussions et de travail en équipe, toujours selon une démarche de pédagogie active.

Prérequis et contraintes

Le nombre de participants est de l'ordre de 15 à 25. Le groupe sera au moins constitué par les personnes clés du programme (responsable du programme, responsables de domaines, de disciplines, d’UE/modules).
Pour disposer d’un langage et d’un bagage communs, il est souhaitable - mais non indispensable - que les participants soient, au préalable, familiarisés avec le concept d’alignement, soient capables de formuler des acquis d’apprentissage, soient capables de construire des dispositifs d’évaluations et soient capables d’imaginer des activités d’apprentissage alignées.

Lieu et durée

La formation à la conception d’un programme de formation a habituellement lieu dans l'établissement qui organise le programme à concevoir ou à réviser.
Le volume global des étapes de formation est compris entre 7 et 12 jours encadrés par des formateurs missionnés par FA2L, en fonction des besoins de l'établissement. Les équipes doivent bien évidemment prévoir des périodes de travail autonome pour poursuivre la construction.
La durée totale du processus dépend avant tout du rythme de travail au sein de l’établissement.

L'accompagnement par FA2L s'effectue toujours à la demande de l'établissement et, le plus souvent possible, à distance (échange de documents, visioconférences, etc.).